Assises nationales de la refondation : entre « stérilité » et « espoir pour un Mali nouveau »


Le gouvernement de Dr Choguel Kokalla MAÏGA s’active pour organiser les Assises nationales de la refondation alors qu’une poignée d’acteurs politiques et de la société civile y voient un projet stérile qui est voué à l’échec. 

Inclus dans le plan d’action du Gouvernement adopté par le Conseil national de transition, l’organisation des Assises nationales de la refondation permettra selon le Premier ministre Choguel Kokalla MAÏGA « d’aboutir à un large consensus national sur les grandes préoccupations de la Nation ».   
Si le projet a obtenu le quitus au sein de l’organe législatif de la transition, il n’en serait pas autant pour certains acteurs politiques et de la société civile. Le secrétaire général du parti pour la renaissance nationale (PARENA), Djiguiba KEÏTA, s’interroge : « On se demande bien que faire des Assises nationales de la refondation. Les résolutions issues du Dialogue national inclusif sont une référence pour tous ceux qui pensent Mali. On vient de voir le président de la transition, lors de sa prestation de serment, faire référence à ce document, qu’on ne peut critiquer que par populisme. Ces assises n’ayant aucune raison d’être, nous allons travailler à ce qu’elles n’aient pas lieu et que l’État utilise les fonds destinés à ce forum à des œuvres plus utiles et plus bénéfiques pour le Mali ».

Il est à rappeler qu’une grande concertation similaire aux Assises nationales de la refondation appelée Dialogue national inclusif avait été organisée par l’ancien président Ibrahim Boubacar KEÏTA en 2019. À cet effet, Cheick Sidi Diarra, le président du comité d’organisation de ce dialogue s’exprime sur l’organisation des Assises nationales de la refondation : « Comment peut-on même envisager d’organiser des Assises nationales de la refondation qui feront exactement ce que le Dialogue national inclusif a déjà réalisé en décembre 2019 ? Organiser de nouvelles assises va nécessiter au moins 6 mois, pour aller des communes au niveau national, alors qu’on est à quelques mois de la fin de la transition. Sans compter que les réformes institutionnelles réclamées à cor et à cri ne pourront pas avoir lieu avant de connaître les résultats d’éventuelles assises. »  


Cependant, le Rassemblement pour le Mali (RPM) n’est pas cet avis. Pour le parti de l’ancien président, les assises nationales viennent en complément du Dialogue national inclusif qui selon le parti est déjà « un bon document ». 

Nonobstant les commentaires plus ou moins positifs sur l’organisation des Assises nationales de la refondation, le gouvernement de Dr Choguel MAÏGA pose les jalons du projet au moyen d’une série de rencontres avec les partis politiques.


Abdoulaye Konimba KONATÉ

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article