Nécrologie : Maïmouna Hélène Diarra quitte la scène pour toujours !


La comédienne Maïmouna Hélène Diarra est décédée le jeudi 10 juin 2021 des suites d’une courte maladie. Figure emblématique du monde théâtral et cinématographique malien, Maïmouna Hélène ne jouera plus. 

Coup dur pour le monde des arts et de la culture malienne. À moins d’une semaine du décès de l’humoriste Ronal Guindo, l’une des figures emblématiques du théâtre et du cinéma maliens, Maïmouna Hélène Diarra, vient de passer de l’autre côté de la scène.

« Finalement Tata Hélène, on ne va pas pouvoir faire le long-métrage « Tane » ensemble ! Tu as eu une belle vie ici. C’est ce que tu auras là-bas ! Que de la paix pour ton âme ! » a posté le réalisateur malien Alioune Ifra N’Diaye sur Facebook en hommage à celle qui aura marqué l’histoire du cinéma et de la culture malienne en général.

Comédienne, actrice, réalisatrice,  productrice… voilà autant de casquettes que portait Maïmouna Hélène Diarra surnommée « Bouramousso Djugu » née en 1955 à Ségou. Mais c’est plutôt dans le théâtre et le cinéma qu’elle a le plus marqué les esprits et les cœurs en jouant dans plus d’une trentaine de pièces de théâtre et de films. Celle qui a débuté dans le cinéma en 1991 dans le film Finye de Souleymane Cissé a également  joué dans plusieurs autres films comme « Guimba le tyran » et « La genèse » de Cheick Oumar Sissoko ou encore « Les aventures de Seko » de Boubacar Sidibé.  

Au-delà de la scène nationale, Maïmouna Hélène Diarra a joué pour les plus grands réalisateurs du cinéma africain tels que le Sénégalais Ousmane Sembène dans son film « Moolaadé » ou encore dans « Bamako », du Mauritanien Abderrahmane Cissako.

Connue pour ses rôles de « vieilles dames », Maïmouna Hélène Diarra dotée de qualités intrinsèques incroyables a été récompensée à plusieurs reprises. Elle a notamment reçu le trophée de meilleure comédienne de l’Afrique de l’Ouest en 2008 et le prix des célébrités du cinéma en 2017 lors du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco).

Mais comme elle avait l’habitude de le dire elle-même « un comédien n’a pas le droit de mourir », Maïmouna Hélène Diarra restera donc à jamais à nos côtés à travers ses œuvres et son nom marqué dans le livre d’or du cinéma malien et africain.

Dors en paix chère artiste !

Youssouf  Koné

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article