Violences faites aux albinos : Salif KEÏTA s’indigne contre le meurtre d’un enfant albinos de trois ans


Disparu pendant plus d’une semaine, un enfant albinos âgé de trois ans a été retrouvé mort par ses parents. Un cas qui ne fait qu’augmenter le nombre d’albinos tués mystérieusement. Fervent défenseur de la cause des albinos, Salif KEÏTA et sa fondation s’insurgent contre cette situation.

« Jamais, plus jamais ça. Cela doit être l’un des pires crimes que nous, humains, pouvons commettre. C’est une honte pour le Mali et le monde », s’est exclamé l’artiste Salif KEÏTA sur son compte Facebook. En effet, le drame s’est passé à Mamiribougou, une ville située à 15 km de Bamako. Aly KEÏTA, un enfant atteint d’albinisme âgé de trois ans, a été retrouvé dans un puits abandonné, avec la tête et quelques organes enlevés, selon les membres de sa famille. Aux dires des proches de la famille lors d’une conférence de presse organisée pour la cause, l’enfant avait été aperçu pour la dernière fois chez une femme, une devineresse où il s’était rendu pour une fête d’anniversaire. Depuis, il n’est pas revenu à la maison. D’abord porté disparu le 8 septembre dernier, l’enfant sera retrouvé une semaine plus tard avec des organes mutilés dans un puits. Selon un proche de la famille, il a été reconnu à travers ses habits. La gendarmerie et le tribunal de la commune IV ont tout de suite été alertés.

Il est à rappeler qu’au Mali, les albinos subissent fréquemment des crimes similaires à celui-ci, dans une société où l’albinisme est perçu par certains occultistes comme une source puissante de pouvoir, surtout à la veille des élections présidentielles. Ainsi, les attaques contre les albinos sont récurrentes. L’avant-dernière remonte en 2018 à Fana, où une enfant du nom de Ramata DIARRA aussi atteinte d’albinisme, avait été retrouvée morte, les membres amputées.  

Le combat de Salif KEÏTA

Connu pour sa ferveur dans la défense de la cause des albinos, et lui-même atteint d’albinisme, le célèbre chanteur mandingue Salif KEÏTA a toujours usé de son arme unique, sa musique et sa voix magique, pour sensibiliser le public à la maladie de l’albinisme.

Son album intitulé La Différence est dédié à cette cause. À la suite de l’assassinat de la fillette albinos de cinq ans, Ramata DIARRA à Fana, le cheval blanc du Mandé a donné un concert géant gratuit dans la ville de Fana en hommage à la victime en novembre 2018.

Président de Global Foundation, une organisation qui œuvre pour la cause des siens, Salif KEÏTA, membre du Conseil national de la transition, avait mené sa lutte jusque devant cet organe législatif. En février 2021, durant les débats de fond ouverts sur le plan d’action de la feuille de route du gouvernement de transition, le prince du Mandé a soulevé la question suivante : « À quand la fin des assassinats des albinos par les politiques en quête de Koulouba ? »

À ce jour, cette question reste toujours suspendue, car le dossier de la fillette Ramata DIARRA dort dans les tiroirs, et un autre cas vient tout juste d’allonger la liste.    

Abdoulaye Konimba KONATÉ

 

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article