Yamarou photo : démocratiser la photographie au Mali


Créé en 2017 par le photographe malien Seydou Camara,  le collectif Yamarou photo entend démocratiser l’art de la photographie au Mali à travers des initiatives innovantes.  

Capitale de la photographie africaine, Bamako accueille tous les deux ans depuis 1994 la Biennale africaine de la photographie (rencontres de Bamako), la plus grande manifestation dédiée à la photographie et aux nouvelles images en Afrique. Une rencontre qui fait de Bamako une plaque tournante de la photographie africaine voire mondiale. 

Cependant, malgré l’envergure et l’engouement que suscite ce rendez-vous international, la capitale malienne dispose de très peu de cadres de formation professionnelle pour les photographes locaux. C’est dans le but de pallier à manquement que le collectif Yamarou photo a vu le jour en 2017 à Bamako.

Composé d’une dizaine de photographes, sortis de l’institut national des arts (INA), du conservatoire des arts et métiers multimédias Balla Fasseké Kouyaté (CAMM) et du centre formation professionnelle Bamako (CFPB), Yamarou photo est un espace d’échange et de réflexion autour de la  photographie.

 S’inspirer des valeurs traditionnelles

Mais au-delà, le collectif Yamarou photo se veut aussi un espace de formation et de renforcement des capacités des photographes ou débutants photographes. « Les cours de photographie qui sont généralement dispensés dans les grandes écoles d’art et les centres ne sont malheureusement pas réguliers et parfois ne répondent pas à certaines exigences en termes de qualité et de professionnalisme, faute de moyens financiers pour garantir un enseignement qui répond aux besoins des photographes maliens », regrette Camara.

À en croire les membres du collectif, l’origine du mot « Yamarou » remonte à l’histoire du prince Mandé Bougary frère cadet du légendaire roi du Mandé Soundjata Kéita, qui le suivit dans son exil à Méma. « Bougary  était un jeune homme d’une grande ingéniosité qui savait entreprendre et réaliser beaucoup de choses par lui-même, sans recevoir de quiconque un apprentissage préalable. Yamaraou est celui qui crée chaque jour» nous ont-ils expliqué. 

C’est un concept de créativité pour les membres du collectif qui s’en inspirent dans leur quotidien. « Nous essayons de nous inspirer de notre façon de penser traditionnelle par exemple : ‘’I miri tioko’’ (ta manière de réfléchir), ‘’I dioyoro’’ (ta place dans la société) ‘’I ke walé"  (ta manière de faire) » précise le président du collectif. 

‘’Sur le mur’’

Depuis création jusqu’à nos jours, le collectif  Yamarou photo ne cesse d’apposer sa marque dans la sphère photographique du Mali, notamment à travers des initiatives innovantes visant à répandre cette discipline. En matière de formation, le collectif aide de jeunes photographes à passer le cap et à initier ceux qui n’ont jamais fait de photographie.

 Dans ce sens, le collectif organise régulièrement des master-class qui regroupent chaque mois de jeunes débutants photographes. Ces différentes formations  sont souvent animées par des experts étrangers. Des projets de formation soutenus par des partenaires comme la Fondation DOEN et la Fondation Oumou Dily.

Dans la démarche de démocratiser la photographie, Yamarou photo organise chaque année une exposition intitulée « Sur le mur », une exposition photo qui se tient dans les écoles, les lieux publics, les rues, les boulevards, dans les marchés entre autres. « Nous voulons sortir la photographie des lieux classiques comme la galerie et le musée en l’amenant auprès des populations » a explique le président du collectif. Ce dernier se donne comme objectif, avec ce projet « Sur le mur » d’exposer sur mille murs d’ici 2025.

Utopie ou réalité ? « C’est un objectif que nous comptons bien réaliser», insiste Seydou Camara. Alors à 2025 !  

Youssouf Koné

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article